Version imprimableSend by emailversion PDF

Current Size: 100%

Visite de l'hôtel Jacobsen dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine


Samedi 16 et dimanche 17 septembre 2017

 

Cet édifice acquis par la Communauté de Communes en 1998 pour l’aile nord et en 2008 pour l’aile centrale, situé sur la place d’Armes, est devenu Monument Historique grâce à la procédure de classement qui a touché les façades, le vestibule, le salon et les ensembles de papiers peints d’époque du XVIIIe.

Des travaux de restauration ont été menés entre septembre 2013 et mars 2015. D'autres travaux se sont poursuivis comme la réfection des piliers du portail, les enduits extérieurs, des reprises ponctuelles, des ajustements et réglages.

Les décors de staff des plafonds et des murs comme dans le vestibule sont des éléments remarquables du décor intérieur. A été sauvé ce qui pouvait l'être, en déposant, restaurant et remettant en place une rosace ou des écoinçons. Pour d'autres éléments, détériorés ou fragmentaires, comme une frise, il a fallu mouler le décor et restituer l'ensemble. Des outils spécifiques, avec un profil précis ont du être créés par les artisans afin de refaire le décor à l'identique.
Le sol du vestibule était fait de carreaux modernes posés au début du XXe siècle. Les archives de 1802 parlaient de pierre calcaire et la découverte dans le jardin de dalles de calcaire et d'ardoise, usées mais réutilisées, a permis de rétablir l'aspect du sol comme il fut composé. On avait sous les yeux le format des pierres d'origine. Il suffisait de copier.
Découverte « archéologique », et recherches dans les archives ont permis de répondre à une question architecturale : comment doit-on faire le sol ?
Le décor du vestibule est ainsi restitué à l'identique de celui d'origine.

Les couleurs des portes, des boiseries ont été définies par rapport à celles découvertes sur place, sous celles existantes. Les gammes de couleur sont respectées : vertes et bleues.
Le salon avec son décor de boiseries et son parquet Versailles a été restauré. Le parquet a été minutieusement déposé, complété, traité, contrecollé sur un support sain et reposé.
Les travaux ont permis de créer un sol neuf, remplaçant le remblais de terre situé 40 cm sous les lambourdes du parquet. Le sol est décaissé, un béton est coulé. Le chauffage par le sol, les alimentations électriques ont été intégrés. C'est donc un sol sain qui a été installé et sur lequel repose le parquet du XVIIIe siècle.
On ne remarque pas la différence entre avant et aujourd'hui, preuve de l'excellence  des travaux réalisés.

 

Quelques difficultés ont cependant été rencontrées sur le chantier. En effet, le bâtiment s'est enfoncé dans le sol de la place, dû au comblement de l'ancien port en 1761. Le bâtiment repose dessus et ses fondations sont peu profondes. Très vite et avant 1790, l'hôtel a commencé à s'enfoncer. Il a continué ensuite et de l'angle nord à l'angle sud, la façade s'est enfoncée de 40 cm.

Il convenait de stabiliser les fondations du bâtiment, en préservant les propriétés voisines. De la mousse a été injectée en profondeur. Des micropieux ont permis de renforcer d'autres parties du bâtiment et d'installer de nouvelles structures comme la salle vitrée.

Toute la structure du bâtiment a été renforcée. Les poutres supportant les parquets de l'étage ont été doublées, afin de supporter les charges du public et des équipements.

 

 

Néanmoins, au fil de la restauration, une belle surprise attendait les restaurateurs de l’hôtel Jacobsen, puisqu’ils ont découvert, sous cinq couches accumulées au fil des années, le papier peint datant de la construction du bâtiment, 1760.

Beaucoup d’émotions aussi, lorsque l’on a découvert au dos de certaines parties des papiers peints, des pages d’écriture des enfants de famille Jacobsen, Henri et Antoine, les fils d’Auguste. Des écritures qui datent de 1840.

La Communauté de Communes a donc décidé de leur rendre leur superbe en faisant appel à trois spécialistes de la conservation d’œuvres sur papier et des moulures : Florence Delnef, Clémentine Desmond et Élodie Delaruelle, toutes trois issues de l’Institut National du Patrimoine qui dépend du ministère de la Culture.

Les moulures qui encadrent ces papiers peints étaient étonnamment bien conservées, puisque 98 % ont pu être sauvées, ont fait l’objet d’un traitement contre les insectes et ont été consolidées.

 

C’est tout cela que nous vous invitons à découvrir les 16 et 17 septembre 2017, lors des portes ouvertes proposées par la Communauté de Communes de l’île de Noirmoutier, dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine.

Du décor néoclassique de son vestibule de 1802, au grand salon au parquet de Versailles et boiseries Louis XV, en passant par les papiers peints des chambres verte et rouge, les portes de l’hôtel Jacobsen s’ouvrent à tous ceux qui souhaitent découvrir ce magnifique bâtiment.

 

Rendez-vous les 16 et 17 septembre à l’hôtel Jacobsen – rue St Louis - pour des visites guidées par groupe de 25 personnes maximum, aux horaires suivants : 14h00 – 14h15 – 15h00 – 15h15 – 16h00 – 16h15 – 17h00 – 17h15.


Visites guidées gratuites sans inscription.

 

RENSEIGNEMENTS

Communauté de Communes au 02 51 35 89 89

www.facebook.com/cdc.iledenoirmoutier/