Histoire

L'île de Noirmoutier : une histoire entre l’Homme et la mer

Il y a 4000 ans, alors que le niveau marin était bien plus bas, des sédiments provenant de la Loire (du sable et de la vase) s’accumulent entre des roches granitiques à seulement quelques kilomètres du continent. C’est la naissance de l’île de Noirmoutier.

Ce territoire naturel a ensuite été façonné par l’Homme. Les premiers habitants arrivent dès la Préhistoire. Les terres cultivables sont mises en valeur afin de nourrir la population mais les rendements des méthodes de production sont encore faibles. Pour produire plus il faut davantage de terres.

A partir de l’an 674, le moine Saint Philibert encourage la population à exploiter « l’or blanc », le sel, qui permet de conserver les aliments. La lagune centrale de l’île, principalement située sur la commune de l’Épine, est alors aménagée avec la création de chaussées pour retenir l’eau et la canalisation de 3 étiers qui permettent à l’eau de circuler.

Le territoire de l’île, entouré d’eau, est limité, ce qui entraîne une pénurie de terrains agricoles et salicoles. Ainsi, au 18ème siècle, les premières digues sont construites. Elles permettent à l’Homme de consolider et d’assainir les dépôts de boues amenées par les marées. Inspirés des procédés flamands, des centaines d’hectares sont ainsi asséchés, agrandissant la surface de l’île.

Des tempêtes en tout temps

L'île est constituée en grande partie de marais et de dunes, et possède un relief bas qui l'expose aux assauts de la mer. De tout temps, les tempêtes ont fait supporter au littoral des dégâts qui ont parfois provoqué des inondations par un débordement de la mer. Il est même arrivé que l'île se retrouve presque coupée en deux, ce fut le cas lors de l'inondation de 1937.

A la suite de la tempête Xynthia en 2010, des repères ont été posés sur différents sites de l’île. Ils représentent le niveau d’eau atteint pendant la tempête. Vous pouvez notamment en observer sur la façade des Salorges et le long de la jetée Jacobsen à Noirmoutier-en-l’île.

Des ouvrages qui nous protègent

Les ouvrages de protection sont présents sur l’ensemble de l’île et sont entretenus et consolidés régulièrement par la Communauté de Communes qui investit environ 2 millions d’euros chaque année dans la défense face à la mer.

Il existe différentes protections :

- les protections naturelles (les plages, les dunes et les falaises rocheuses),

- les protections créées par l’Homme (les digues, les perrés, les enrochements, les épis et les batardeaux).